Comment utiliser un GPS pour la marche au long cours?

Pour rien au monde vous ne lâcheriez votre vieille carte IGN et la boussole ! Pourtant les GPS et les tablettes offrent des nouvelles possibilités notamment pour les marcheurs au long cours. A condition de savoir bien les utiliser…. Mode d'emploi détaillé.

 

La rando, c’était mieux avant !

C’est vrai ça, n'était-elle pas plus belle, la randonnée avec la bonne vieille carte et la boussole ?! Certes, parfois ces bouts de papiers prenaient un peu l’eau et l'on se retrouvait à essayer de déchiffrer ce qui n'était plus qu'une charpie écornée et délavée. Certes parfois, il vous arrivait de voir la mine de votre bon copain en charge de l’orientation pâlir au fil des minutes, puis concéder "qu'il y a un truc bizarre avec la carte"... voire qu'en fait "on s'est peut être un peu écarté de la route".... pour finalement avouer: "on est complètement paumés !".

 

Mais voilà, c’était le charme des randos à l’ancienne, ces galères qui forgent les bons souvenirs ; et qui, racontés plus tard, sont de petites madeleines qui font le délice des veillées au chaud, dans les refuges autour d'un petit verre de liqueur locale. En un mot: l’ « aventure », la vraie ! C'est cette aventure qui manque cruellement lorsque l'orientation consiste à suivre bêtement une petite flèche bleue sur un écran polychrome.

Finie la poésie des cartes et les arabesques mystérieuses formées par l'enchevêtrement des chemins et des courbes de niveaux.

 

Tout cela est vrai. Mais lorsque l'on marche au long cours, traversant plusieurs pays, les choses sont un peu différentes. D'une part, des cartes IGN 1:250000, il en faudrait au bas mot deux par semaine. D'autre part les équivalents de cartes IGN n'existent pas dans toutes les zones que vous allez traverser. Beaucoup de marcheurs au long cours se rabattent alors sur les cartes routières et finissent par marcher sur le bas côté des routes nationales. Et là, niveau poésie, comme niveau aventure, on peut faire mieux !

 

Depuis notre départ de Tallinn, nous avons petit à petit travaillé notre propre mode de navigation, nous en avions déjà parlé un peu dans un ancien billet du blog. Mais puisque plusieurs personnes nous ont posé des questions précises à ce sujet, nous détaillons ici le mode opératoire.

 

 

Notre méthode de navigation : principe et matériel

Pour naviguer avec un GPS, généralement on précharge à l'avance des cartes sur le terminal et on l'utilise ensuite pour naviguer. Outre le fait que la procédure soit un peu lourde, le problème réside dans le fait qu'il faut d'une part avoir préparé tous ses fonds à l'avance (compliqué pour un périple d'un an) et d'autre part organiser ensuite sa navigation sur un écran minuscule de GPS.

 

Nous utilisons une autre solution qui associe une tablette 7' et un GPS Garmin. Le principe est d'utiliser la tablette comme outil de cartographie et de préparation des itinéraires. Sur le GPS on ne fait ensuite que suivre une trace préalablement exportée. les avantages sont multiples:

  • on peut facilement associer, confronter plusieurs fonds cartographiques différents
  • la tablette permet de télécharger des cartes en offline, c'est à dire sans connexion internet
  • la tablette apporte un confort de lecture bien supérieur au GPS
  • on peut tracer son parcours "au jour le jour", en itinérance sans avoir besoin d'ordinateur
  • pas besoin de payer, les fonds carto sont gratuits

Le matériel

Un GPS classique avec un fond de carte minimaliste (nous avons un Garmin Oregon 450t). chez Garmin la plupart des cartes fournissent une base de cartographie monde basique. L'idée n'est pas d'avoir un fond de carte précis, mais simplement d'avoir une information minimale sur votre environnement. La seule chose que vous aurez à faire sur votre GPS c'est en effet de suivre une trace que vous aurez réalisée au préalable.

 

Une tablette : nous avons une tablette nexus 7', dont nous sommes très contents. Le système Android me semble plus adapté qu'Apple pour ce type de manipulation (connexion du GPS à la tablette)

 

DEUX LOGICIELS

 

Locus Pro: la meilleure application de cartographie pour la marche sous l'environnement Android. Elle ne coûte que quelques euros et avec l'extension gratuite "Map tweak" à installer en complément, vous aurez accès à une flopée de fonds cartographiques différents (dont google)

 

Nexus Media Importer: l'application permet d'envoyer les parcours de votre tablette vers le GPS.

 

 


En pratique: comment préparer et définir un itinéraire?

1) Sélectionner le fond de carte. Sur l'application Locus Pro, après avoir installé l'extension "Map tweak", vous en aurez une bonne cinquantaine à disposition. Pour les avoir testés dans 10 pays différents, les fonds cartographiques de GOOGLE sont globalement très bons.

Leur seul défaut: ils sont parfois tellement précis qu'ils indiquent des voies privées ou des sentiers qui ne sont plus entretenus.... Ce sont les risques qu'on encourt à sortir des sentiers battus ! Le fond Map1.eu est également assez bon pour un usage randonnée. 

 

Vous pouvez aisément croiser les informations de différents fonds de carte (satellite, relief, carto classique) afin de de vérifier que votre itinéraire est effectivement praticable.

 

 

2) Télécharger la carte. Avec locus, pas forcément besoin d'avoir internet en permanence, vous pouvez télécharger les portions de carte qui vous intéressent.

 

Attention le volume de téléchargement quotidien est limité même s'il est largement suffisant.

 

Vous pouvez ainsi télécharger à l'avance vos cartes et vous laisser la liberté de définir votre parcours au jour le jour.

 

 

3) Tracer son itinéraire. Nous traçons généralement notre itinéraire "à la main", c'est à dire que l'on trace une ligne point par point sur la carte à l'aide du logiciel qui suit les chemins choisis.C'est ce tracé que l'on exportera ensuite sur le GPS.

 

Sur Locus, on réalise cela avec la fonction "tracer une nouvelle route", une fois terminé vous pouvez enregistrer votre trace. Avec l'expérience, il faut environ dix minutes pour préparer une étape d'une journée.

 

Si vous suivez des sentiers de grande randonnée, sachez que certains sites proposent de télécharger les traces déjà toutes faites sous un format .gpx ou .kml. Il ne vous reste plus qu'à les importer dans l'application et sur votre GPS.

 

 

 

4) Déterminer le profil de parcours et l'exporter au format Garmin. Une fois votre itinéraire tracé, vous pouvez en deux clics vérifier les distances et éditer un profil altimétrique de votre étape : voir où et quels sont les dénivelés. Le tracé que vous avez défini, n'est pas utilisable tel quel dans votre GPS, il faut l'exporter à un format compatible. Pour ce faire, il suffit de sélectionner votre tracé et de cliquer sur la fonction "exporter", choisir le format "gpx" pour un GPX garmin et cliquer sur OK.

 

 


 

5) Transférer le parcours sur votre GPS, à l'aide de l'application Nexus Media Importer.

La dernière étape consiste à transférer votre trace au format .gpx de votre tablette vers votre GPS. Il faut soit connecter soit la carte SD du GPS soit directement le GPS à votre tablette (celle-ci doit être équipée d'un port USB).

 

Ouvrir ensuite l'application "Nexus Media Importer", qui vous invitera à sélectionner une source de sélection (votre tablette) et de destination (le GPS). Sélectionner ensuite le mode "Avancé" qui vous permet de naviguer dans les arborescences de la tablette et du fichier.

Dans le dossier "Locus/export" sélectionner votre tracé et le copier vers le dossier de destination : normalement votre GPS doit avoir un dossier intitulé GPX dédié.

 

Voilà, vous n'avez plus qu'à naviguer :). Et maintenant à vous de jouer !

 

Des questions ? des remarques ? D'autres méthodes à partager!  l'espace de commentaires est à vous...


Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    daniel (jeudi, 20 mars 2014 08:17)

    ça m'a l'air compliqué faudrait se le faire expliqué physiquement ou en tutoriel.

  • #2

    Ami Gilbert d'Ahuy (jeudi, 20 mars 2014 19:57)

    Tout à fait d'accord! Avec nos bonnes vieilles cartes IGN, bien orientée Nord-Sud, avec une bonne boussole, cela avait beaucoup plus de charme et ressemblait plus à de l'Aventure! et ça permettait de trouver de jolies petite routes désertes qui raccourcissaient souvent les longues étapes et de trouver des petits Bars dans des villages délaissés par les GR...
    Amigo Gilberto

  • #3

    Ami Gilbert d'Ahuy (dimanche, 23 mars 2014 09:01)

    Au fait! Chapeau à l'auteur de cet article...si on a pas compris, c'est qu'on a pas envie! Je reconnais tout de même que c'est une technique géniale et cela m'aurait évité bien des plantages sur mes chemins en Espagne.
    Bon Dimanche chers amis et bon courage pour la suite de votre périple.
    Gilbert

  • #4

    Ami Gilbert d'Ahuy (mardi, 25 mars 2014 10:28)

    4902 km...on approche des 5000 bornes! Quoi qu'il arrive, vous aurez vécu quand même une sacrée Aventure humaine qui embellira votre vie, vous ne serez plus jamais les mêmes, çà c'est sûr!
    Gilbert

  • #5

    Xavier (vendredi, 01 août 2014 09:23)

    Bravo ! Vous êtes arrivés mais je n'ai appris votre périple que récemment par François du blog Randonner Malin.
    Le compromis entre la carte IGN et le GPS serait la possibilité d'imprimer l'itinéraire préparé : format pdf. Est-ce possible avec cette appli et comment ? A+

  • #6

    europedespetitspas (samedi, 02 août 2014 20:11)

    @XAVIER
    Oui c'est techniquement possible. Pour une rando de 3/4 jours, c'est tout à fait pertinent. Ensuite dans le cadre d'un périple au long cours, on arriverait vite à des quantités incroyables de papier....
    Bref, le numérique re-devient ici plus pratique à mon avis....

OTHER LANGUAGES

...ON AVANCE !

 

 

Depuis notre départ, nous avons marché