Carnet de voyage # 13 - L'automne, ses couleurs, ses visages...

 

Après la solitude des montagnes, les premières fraicheurs de l'automne, la chaleur des accueils, nous séjournons Bratislava, une capitale simple et séduisante.

 

Une nouvelle saison

Nous avons retrouvé la vallée et, avec elle, les premières incursions de l'automne. A marcher tout le jour, nous devenons attentifs et sensibles aux signes silencieux du glissement des saisons : les premières pâleurs aux feuilles des arbres, l'humus odorant des sous bois, les teintes rougissantes que prennent les soleils du couchant.

 

Nous marchons des heures avec la surprise d'avoir soudainement les joues fraiches et le nez qui coule.

 

On ne ramasse plus de mûres le long des chemins, mais des noix fraiches qui abondent au bord des routes. La nature offre au marcheur-glaneur un plaisir renouvelé chaque saison. Bon malheureusement, celui-ci donne des aphtes!

 

Ce sont également nos premières nuits froides sous la tente. A la météo, nous apprenons que les premières neiges tombent plus haut dans les montages, là où nous étions à peine quelques jours auparavant. Nous décidons donc de presser un peu le pas, espérant atteindre les terres du sud avant les premières véritables rigueurs de l'hiver.

 

 

Les visages de l'hospitalité

Si le thermomètre fait des siennes, nous n'avons pas encore véritablement à nous plaindre du froid. Nous multiplions, en effet, les accueils bien au chaud grâce au couchsurfing et souvent, nous avons droit à un accueil princier. Chez Richard et sa maman, Julia a eu l'occasion de se prélasser dans un jaccuzzi!

 

Nos hôtes s'inquiètent aussi de là où nous passerons les nuits prochaines et appellent les amis, la famille pour nous trouver un toit pour le soir suivant, ou bien lancent pour nous des appels sur les réseaux sociaux. Cette fois là, le lendemain, on nous a ouvert une vieille maison de famille, dans un petit village.

 

 

Chez Samuel et ses parents, nous avions l'impression de faire partie de la famille au bout de deux jours à peine. La sollicitude des parents, qui sont au petits soins pour nous alors qu'aucune langue ne permet de communiquer, s'exprime avec une simplicité directe et d'autant plus touchante. Voyant que nous degustions goulûment ses petits gâteaux, sa maman passa une bonne partie de sa soirée à nous préparer une nouvelle fournée pour le lendemain matin.

 

Passer dans la cuisine et sentir cette bonne odeur du gâteau qui cuit, cela suffit à nous donner le sourire, à nous réchauffer après une journée de marche sous la pluie... 

 

 

De Bratislava à Vienne.

Nous arrivons à Bratislava, accueillis par Sarah, cyclotouriste wallonne qui, après notre passage a l'antenne sur Allo la planète, nous a invité a passer quelques jours chez elle. C'est a son initiative que nous avons participé à un tea meeting et échangé avec de jeunes volontaires européens de son association. Elle nous accompagnera ensuite sur une vingtaine de kilomètres et passera la frontière autrichienne avec nous.

 

Bratislava est une petite capitale au charme intime, à l'ombre de ces grandes soeurs, Vienne, Prague et Budapest, qui attirent à elles la lumière et les masses de touristes. Nous ne nous en plaignons pas. Il n'y a pas ici d'escadrons de japonais mitraillant les façades de leurs flashs crépitants, pas de boutiques de luxe, les façades soignées n'ont pas ce brillant tapageur, mais cette patine du temps qui lui donne tout son charme.

 

Aussi, nous avons apprécié visiter une vieille ville ou l'on peut manger une crêpe et boire une bière au milieu des jeunes étudiants de la ville.

 

Bratislava est notre dernière étape avant de passer a l'ouest. Nous craignons le choc culturel en passant la frontière et que l'extraordinaire mouvement d'hospitalité dont nous bénéficions, s'estompe sérieusement. Lorsque nous entrons en terre autrichienne, au milieu du parc national qui borde les rives du Danube, nos premières impressions ne sont guère rassurantes : partout des panneaux d'interdictions pour à peu près tout et bien-sûr le bivouac!

Pourtant la suite a démenti nos craintes. A la première personne rencontrée après 35 km de marche nous nous retrouvons invités dans un camp de vacances pour enfants. En Autriche aussi, on sait accueillir les "Wanderer" (les voyageurs au long cours)!

 


Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Nathalie (dimanche, 06 octobre 2013 20:48)

    Toujours un plaisir de vous lire...
    Je vous envoie l'été indien océanique du Sud Ouest .... pour vous réchauffer

  • #2

    Noémie (lundi, 07 octobre 2013 22:08)

    Les amis, je partage aussi avec vous les 26 degrés de cet après-midi à Toulouse ! Les nuits se rafraichissent... Je ne vais pas tarder à rentrer mes plantes vertes ! Vos post sont toujours très agréables, on y lit que de belles histoires, je me demande si je ne vais pas les adapter pour Marius........... C'est une idée ! Je vous souhaite encore de belles aventures, et de l'inspiration pour les chapitres à venir !
    Pensez peut-être à faire une cure de Vitamine C, miel, thym en tisane, ail, gingembre... pour renforcer vos défenses immunitaires ! On est en pleine saison de fruits ! Testez les pommes, poires, raisins, figues....
    Je vous embrasse bien fort, prenez soin de vous !

  • #3

    Karine (mardi, 08 octobre 2013 09:43)

    C'est vraiment un grand bonheur de vous suivre et de vous lire ... gros bisous

  • #4

    Alain (lundi, 14 octobre 2013 15:02)

    Bravo Julia pour cette très longue marche.
    Tes anciens voisins de Nîmes (ORANGERAIE) suivent cette passionnante aventure.
    Je vous souhaite de poursuivre avec une température clémente (le froid et l'humidité) .
    Je vous embrasse.
    Alain

  • #5

    Anthonin (mardi, 15 octobre 2013 20:11)

    Bon anniversaire Julia pour tes 30 ans.

  • #6

    Anthonin (mardi, 15 octobre 2013 20:19)

    Bonjour
    La classe CM1 et CM2 et moi même nous sommes impassient de vous voires en mai.
    Je vous souhaite un bon courage pour la suite de votre marches a pieds !
    Aurevoir et à trés bientôt.

  • #7

    Ami Gilbert d'Ahuy (mercredi, 19 février 2014 18:56)

    C'est vraiment génial cette chaine d'hospitalité et cette façon de s'inquièter de vos lendemains. J'aurai bien aimé connaître cela plus souvent sur mes chemins, et je remercie au passage, tous ceux qui m'ont accueillis si gentiment, notamment sur le chemin d'Arles et en arrivant sur Toulouse...
    Gilbert

OTHER LANGUAGES

...ON AVANCE !

 

 

Depuis notre départ, nous avons marché