L'envers du voyage #1 - Le dessous des cartes....

 

En marge des "carnets de voyage", nous nous attacherons avec cette nouvelle série d'articles à mettre en lumière les dimensions pratiques du voyage au long cours: l'orientation, l'équipement et toutes ces choses du quotidien...

Pour cette première, zoom sur l'orientation et les itinéraires.... 

Quelques lecteurs très attentifs (ils se reconnaîtront...) nous ont en effet fait remarquer que les indications de distance sur notre facebook et notre site étaient changeantes et contradictoires, indiquant tantôt 7000, tantôt 8000 km. Explications.

 

Diagonale du hasard

Notre voyage de Tallinn a Lisbonne, ne suit aucune route préétablie. Il existe bien-sûr quelques sentiers européens de grande randonnée, des eurovéloroutes, ainsi que des sentiers de saint-Jacques de Compostelle dont nous avons trouvé quelques traces dès l'est de la Pologne, mais aucun ne correspond vraiment à notre cap.

 

Avant le départ, nous avons posé les grands jalons, 12 pays et une vingtaine de métropoles que nous souhaitions traverser. Ils forment plus ou moins une ligne droite, la diagonale européenne. Seule anicroche à ce principe de rectitude, les Alpes, que nous ne pouvions traverser dans leur longueur, surtout en hiver.... Entre la route du nord (Allemagne) et la route du sud (nord de l'Italie), nous avons préféré la seconde pour des raisons climatiques assez évidentes. Le reste du parcours, notre route quotidienne, nous la définissons au jour le jour....

 

 

7 000 ou 8 000 km? Ça fait combien au final?

Sans tracé préétabli, comment connaître la distance exacte de notre périple? Google map indique près de 5 000 km, en empruntant les routes. Mais, les lignes droites sont bien souvent des autoroutes et le marcheur doit préférer les sentiers tortueux et les routes secondaires s'il ne veut pas terminer sourd et/ou comme un lapin aplati et desséché au bord de la route. Les sentiers de grande randonnée se traduisent quant à eux généralement par une distance double de l'itinéraire routier le plus direct. Si un GR transeuropéen voyait le jour, il ferait ainsi vraisemblablement pas loin de 10 000 km.

 

Nous avons estimé que notre itinéraire se situerait quelque part entre ces deux bornes et avons affiché de manière tout à fait arbitraire 8 000 km sur notre site.

 

 

Marins des fleuves d'asphaltes

La définition de notre itinéraire constitue, mis à part la marche, notre principale activité quotidienne.
Il faut prendre en compte de multiples paramètres, faire des étapes d'une longueur raisonnable, s'assurer des lieux d'approvisionnement, de bivouac ou de gîte, tout en évitant les routes fréquentées (le plus difficile), tenir compte de la météo, cibler les régions susceptibles d'être les plus jolies et/ou intéressantes.


Il y a dans cet exercice quelque chose très proche de la navigation en voile. Il faut bien analyser les éléments, faire des prévisions et des paris souvent et ne pas présumer de ses forces. Comme des navigateurs, mais sur des fleuves d'asphalte.

 

Si pour l'instant notre progression est légèrement supérieure à nos prévisions, c'est ainsi davantage parce que nous progressons près du vent, en minimisant les détours par rapport à notre cap, qu'à cause de notre rythme quotiden qui, avoisinant 25 km par jour, est conforme à nos ambitions initiales.

 

 

La technologie au service du voyage

La plupart du temps, la cartographie papier n'offre pas mieux que les cartes routières traditionnelles. On est bien loin des très fameuses cartes IGN bien connues des randonneurs de l'hexagone!

 

Mais Google map offre une alternative gratuite et très précise, voire même quelque fois un peu trop.... Nombre des routes qu'il recense sont des voies privées (nous avons quelques fois joué les passagers clandestins au milieu des jardins) et parfois des chemins depuis si longtemps abandonnés, que cela équivaut a marcher au travers de la forêt. Nous avons eu quelques expériences douloureuses de ce type en Lettonie. Mis à part ces rares contrariétés, notre dispositif fonctionne a merveille : nous traçons quotidiennement notre itinéraire sur une tablette 7' puis les exportons sur un GPS de randonnée (GARMIN OREGON).

 

Nous passons de la sorte le plus clair de notre temps soit sur des petites routes secondaires, soit sur des sentiers de campagne, en tout point comparables aux itinéraires de randonnée. Nous pensons parfois avec quelque émotion aux marcheurs au long court qui faute d'outil adapté passaient ou passent encore la plupart de leur périple le long des grands axes.

 

Assurément, la technologie devient ici un outil au service de la beauté et de la tranquilité du voyage....

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Guitou (dimanche, 21 juillet 2013 16:56)

    Coucou les amoureux,
    Est-ce que vous avez songé à tracer une / en ligne droite ?
    Guitou qui est ravi de pouvoir enfin vous suivre (presque) en temps réel :-)

  • #2

    geneviève (lundi, 22 juillet 2013 00:06)

    Après "ON THE ROAD" de Kerouac, "ON THE PATH" de Julia et Mathieu. Belle plume ! Bravo !

  • #3

    Elise (lundi, 22 juillet 2013 13:49)

    ah oui alors, autant de poésie pour nous parler des boussoles modernes, chapeau bas :-)

  • #4

    Brunoy (lundi, 22 juillet 2013 18:18)

    Salut les bipèdes,
    je rattrape mon retard sur votre périple, impressionnant !
    Quelle aventure, quelles rencontres, et la poésie et la technologie marchant côte à côte, main dans la main.
    Caminante, no hay camino, se hace camino al andar... o con un GPS Garmin tambien.
    Bise à vous deux !

  • #5

    Noémie (mercredi, 24 juillet 2013 23:23)

    Je n'ai toujours pas de vraie connexion internet... je me sers du wifi libre, ça ne marche pas tous les jours super(on viens d'emménager) ! Bref, tout ça pour vous dire que je viens de lire 2 semaines d'un coup ! Vous êtes des grands malades de la marche à pieds ! DOUZE HEURES ET CINQUANTE MINUTES !!!!!!!!!! J'en ai le vertige, j'espère que vous êtes plus raisonnables maintenant ! Votre but n'étant pas de battre vos propres records !!! :-)
    Dites-moi si vous avez besoin de quelques choses, si vous arrivez à prévoir un point de chute....
    mille bises pour vos 1000 km parcourus... et bon courage pour la suite !

  • #6

    Gallien (mercredi, 31 juillet 2013 11:02)

    Merci pour cette actualité "geek" que j'apprécie beaucoup.
    Qui fait l'exportation de la tablette 7" sur le GPS, Julia ? :p

  • #7

    Véronique Béguet (mardi, 01 octobre 2013 20:15)

    Génial, cela fait des années que je rêve de traverser l'Europe à pied. Après la joie de la découverte des sentiers européens est venue la déconfiture en apprenant que les marcheurs aux longs cours côtoient très souvent les grands axes routiers. Et voilà la solution ... Merci infiniment.

    Je suis enchantée par votre site et vous souhaite une belle traversée, un pas à la fois.

    Véronique

OTHER LANGUAGES

...ON AVANCE !

 

 

Depuis notre départ, nous avons marché