Carnet de voyage #5 - Les premiers pas en Lituanie....

 

Nous passons la frontière a Zemelis, un minuscule village qui nous fait entrer dans un nouveau décor.

Changement de décor

A Zemelis, nous retrouvons quelque chose de la structure classique des villages français, à savoir un lieu de vie agencé autour d'une église et d'une place centrale. Une telle organisation ne se retrouve pas dans les autres États baltes. Du coup, les épiceries et petites supérettes sont plus faciles à dénicher, même si nous retrouvons toujours cette empreinte soviétique avec des magasins sans vitrines et aux portes souvent tenues fermées. Devant les façades, on peut simplement lire 'parduotuve', qui signifie 'magasin', et ce n'est qu'en franchissant le seuil qu'on découvre ce qui s'y vend : vêtements, fleurs ou produits alimentaires...

 

Signe que l'économie de marché demeure dans les campagnes encore essentiellement une 'economie de subsistance', nous avons pu remarquer quelques bizarreries : dans des communes comptant une poignée d'habitants, on peut retrouver jusqu'a 5 parduotuve proposant exactement les même choses !!

 

Les bois ont laissé place aux champs, de grandes étendues de blé qui nous offrent un nouveau panel de couleurs et surtout beaucoup moins de moustiques :) Les habitations en briques grises se font plus rares et ceux sont celles en briques rouges qui ont pris l'ascendant. Elles nous sont plus familières, peut être parce qu'elles rappellent ces bâtisses industrielles du nord de la France.

Les cigognes sont le fil rouge de notre traversée des pays baltes, mais elles sont particulièrement présentes et 'cajolées' en Lituanie : beaucoup de fermes ont un pylône dédié. Souvent on se dit que la lutte doit être âpre pour gagner sa place, tant elles sont nombreuses!

Espéranto

Parler et se faire comprendre en Lituanie est une autre histoire qu'en Lettonie et en Estonie. Coincé entre la Pologne, le géant Russe à l'est et son enclave de Kaliningrad à l'ouest, c'est des trois pays Baltes celui où l'influence soviétique nous apparaît la plus prégnante.

 

Alors, même en mobilisant nos très lointains souvenirs de cours d'initiation au Russe (Mathieu) et le sens du parler avec les mains (Julia), la communication est souvent difficile et nos journées plus solitaires.Dans deux villages, on nous ouvre toutefois des écoles et nous nous retrouvons à dormir dans de petites chambres d'internat, d'un style soviétique un peu suranné mais très propres. Pour nous c'est l'hôtel trois étoiles!

 

C'est Peter*, le très jovial mari de la concierge de l'école qui nous ouvre la porte, car il parle quelques mots d'allemand. Lorsque je lui demande d'où il tient cela, il me répond que c'est à cause de son grand père, originaire d'outre Rhin . Il precise: "Er war kein guter Mensch" (ce n'était pas un type bien). Puis, il hésite et poursuit finalement mi gêné, mi goguenard "...gestapo". Il nous raconte ensuite que l'autre moitié de sa famille est lituanienne et que sa femme est d'origine Russe. Chaque rencontre que nous faisons nous rappelle à quel point les pays baltes se trouvent à chaque fois confluence des grands épisodes de l'histoire européenne, souvent pour le pire, avec de multiples invasions, mais aussi pour le meilleur, car ces pays sont traversés d'influences culturelles diversifiées (nous y reviendrons plus amplement dans un prochain carnet de voyage)

 

Nos difficultés de communication s'amenuisent à mesure que nous approchons de Kaunas, deuxième ville du pays. Elles sont de toute façon compensées par l'extraordinaire hospitalité des personnes que nous croisons sur la route. Nous avons passé une soirée entière à manger, boire et bavarder avec une femme qui ne parlait pas un mot d'anglais. Avec la barrière de la langue, la communication devient un jeu de pictionnary géant. La soirée fut amusante et nous avons fini par nous baigner ensemble dans le petit lac attenant a sa maison

 

Puis nous avons passé deux jours merveilleux à Kedianiai en compagnie de Sarunas et Agné et nous sommes repartis les sacs chargés de tartines et de fraises du jardin.... La journée, plusieurs personnes intriguées se sont arrêtées sur le bord de la route et on nous a offert un grand pot de miel et des légumes du jardin.

 

Bref, la route continue, surprenante et gourmande..

 

* le prénom a été changé.


Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    Elise (lundi, 01 juillet 2013 13:07)

    formidable et fameux :)
    Breaking news : au 1er juillet nous sommes desormais 28 Etats membres, welcome Croatia !

  • #2

    Fabienne (mardi, 02 juillet 2013 12:04)

    Entre les AO, séminaires et parcours du consultant presque combattant, vous me devenez familiers, tel un récit à la Pierre Sansot, dans sa France sensible ou Variations paysagères. Vers une "Europe sensible" à l'issue du périple, loin des Feder, Fse et autres contractualisations?
    Vous allez traverser la Pologne, terre de mon père et Cracovie que j'ai découverte et tellement aimée. Méfiez-vous des ours, comme vous ils raffolent des tartines et confitures.
    Ecrit sous les platanes de La Canourgue à Montpellier.

  • #3

    cecile (mardi, 02 juillet 2013 12:55)

    c'est vrai que votre voyage rythme aussi un peu mon été ! vous parlez beaucoup de l'accueil chaleureux des gens des pays baltes , n'est ce pas un acceuil international des marcheurs que l'on considère toujours avec plus d'humanité que les autres et cela me parait bien normal , j'ai un petit dicton à moi qui dit que " la ou l'on ne peut que marcher on s'éloigne très vite des cons"...
    Toujours un plaisir de vous lire .

  • #4

    Noémie (mardi, 02 juillet 2013 16:16)

    Avant d'aller chercher Marius à l'école, je vous envoie ce message de soutien... J'ai parlé de vous cet après-midi, j'ai tenté de vous raconter... Ce n'est pas chose facile ! Je vous admire encore plus ! Et vous envoie l'air frais de Toulouse, du moins par la pensée, en espérant qu'il vous atteigne un peu !!!
    Je voulais aussi dire MERCI à tous ces gens bienveillants que vous rencontrez et allez rencontrer de continuer à vous chouchouter !
    N'oubliez pas, nous sommes derrière vous, derrière chacun de vos pas, prenez soin de vous...
    bises

  • #5

    Ecole de la fontaine 79410 (mardi, 02 juillet 2013 19:33)

    Un premier petit coucou des Deux-Sèvres avant de partir en vacances. On se retrouve en septembre pour partager votre aventure. Bon courage et bonne route.
    Grosses bises.

  • #6

    les enfants de CM1 de l'école de la fontaine (jeudi, 04 juillet 2013 10:27)

    Bonjour Julia et Mathieu,
    "J'arrive de la Guadeloupe et j'ai fait un peu de marche, mais moins que vous (4h17 aller-retour)" Nathan
    "Moi je pars en Espagne avec mes parents. Je vais faire du vélo et de la marche" Chloé
    " Moi je vais partir en Alsace et nous allons faire des visites et de la marche... Mais moins que vous" Valentin
    " Moi je vais partir 2 semaines en Slovénie avec mes cousins. Nous y allons en voiture. C'est aussi une aventure. J'ai hâte de partir..." Mélissa
    "La plupart d'entre-nous, direction l'océan atlantique: baignades, bronzage, ..." Une quinzaine d'enfants
    Bonne chance et bonne route.

  • #7

    aurore (lundi, 06 janvier 2014 18:50)

    Je vous souhaite une bonne année et bonne santé

  • #8

    libert (mardi, 07 janvier 2014 19:44)

    je vous souhaite une bonne route bon courage

OTHER LANGUAGES

...ON AVANCE !

 

 

Depuis notre départ, nous avons marché