Carnet de voyage #2 - Pays de contrastes

Avec environ 200 km dans les pieds, nous voyons déjà se profiler la fin de notre passage en Estonie. C'est l’occasion d'un premier retour sur ce territoire que les brochures touristiques présentent comme le "pays de contrastes". Rien n'est moins faux.


 

Stigmates de l’ère soviétique

   Au cours des derniers jours, nous avons traversé le centre du pays, sorte de diagonale du vide entre Tallinn, sa capitale et Pärnu, son épicentre touristique. Pas la moindre ligne dans le lonely planet pour cette bande de territoire où se succèdent forêts et cultures, quelques fermes clairsemées reliées entre elles par des routes rarement bitumées. Nous avons du allonger nos étapes: entre deux villages on compte parfois une trentaine de kilomètres.


   Au fil du chemin s’est déroulé sous nos yeux une campagne luxuriante. Les fermes et les villas en bois coloré sont parées de jardins somptueux et tirés aux quatre épingles. Amoureux immodérés de leur nature, les estoniens ont entrepris de faire de leur campagne une véritable oeuvre d'art, s'adonnant avec passion à ce qui apparaît comme la frénésie nationale: le jardinage. Plus encore que les chants des oiseaux, c'est le bruit de la tondeuse à gazon qui marqué l'univers sonore de notre périple!

 

 

   Dans cet environnement d'ordre et de beauté, les vestiges de l’ère soviétique dégoulinent de laideur. Un peu partout, des bâtiments de petites briques grises, défraîchis et parfois en ruines rappellent que l'incroyable mutation dans laquelle le pays est engagé depuis 20 ans présente encore de nombreux laissés pour comptes.

 

   Nous avons traversé d´anciens kolkhozes délabrés et été accueillis à Valgu par une petite grand-mère dont le logement, une pièce de 15 mètres carrés dont le mur principal présentait un trou béant, n'avait ni eau courante ni électricité. Dans ces campagnes minées par la misère et l'alcoolisme, nous avons été reçus avec une gentillesse déconcertante, en dépit de la barrière de la langue.

 

 

Sur les bords de la mer Baltique

      Nous sommes parvenus après quelques jours à la petite cité balnéaire et cossue de Pärnu. L'occasion d´un répit pour nos pieds douloureux après les premières longues étapes sous un soleil de plomb (il fait pas loin de 30 degrés ici).

Partout, nous sommes reçus avec une hospitalité dont nous ne nous lassons pas de nous étonner: depuis le troisième jour de notre périple, pas un soir sans être accueilli par une famille.  

 

   Dans l'ombre, Kersti, un contact noué avant notre départ a mobilisé un incroyable réseau de connaissances pour nous assurer un toit chaque nuit. Si bien que nous l'appelons entre nous "notre ange estonien". Nous avons séjourné dans de magnifiques maison en bois et partagé des moment riches et chaleureux avec nos hôtes.

 

   Notre aventure continue donc sous le soleil et dans la bonne humeur en longeant les bords de la Baltique, avec en point de mire Riga, d’ici environ une semaine. Avec, seule ombre au tableau, les nuées de moustiques et de guêpes qui sont devenues des compagnons de route particulièrement fidèles et encombrants.

 

 

Suite au prochain épisode....

 

PS: merci pour vos messages et vos encouragements qui nous donnent de l'ardeur (même si nous n'avons malheureusement pas le temps d'y répondre toujours)


Écrire commentaire

Commentaires : 11
  • #1

    Noémie (jeudi, 06 juin 2013 22:38)

    Je suis ravie de vous lire ce soir, même si je n'ai pu m'empêcher d'avoir une petite inquiétude au fond du coeur... Maintenant je suis rassurée et contente que vous puissiez déja faire de belles rencontres ! J'espère que vos pieds vont bien... Que votre enthousiasme et notre soutien vous aident à maintenir le cap ! Bisous de nous 3

  • #2

    Elsa (samedi, 08 juin 2013 17:56)

    Bravo ! Continuez à nous raconter les belles contrées où vous vous rendez c'est vraiment super de vous lire !

  • #3

    Émilie (samedi, 08 juin 2013 19:11)

    Merci les amis pour ces récits. Je vous entends en vous lisant. Bon courage pour ces saletés d'insectes qui sont tout de même des indicateurs écologiques remarquables ;). Bonne route. Et chez nous aussi il fait presque 30 degrés! Des bisous.

  • #4

    Philippe (dimanche, 09 juin 2013 17:54)

    je pense bien à vous...
    Cà c'est de l'aventure. les maisons, on se croirait dans un dessin animé.

  • #5

    Margaux (lundi, 10 juin 2013 11:35)

    Bravo bravo!!! Merci de nous faire partager votre périple c'est formidable! Bonne route!

  • #6

    Isabelle et Christian (lundi, 10 juin 2013 22:16)

    Merci de nous faire rêver de tous ces beaux paysages sans frontières à l'amitié. Votre rythme de vie, votre disponibilité et vos efforts sportifs sont les meilleurs ambassadeurs, transmettez à vos nouveaux amis toutes nos amitiés. Nous vous embrassons.

    Isabelle et Christian

  • #7

    Olivia (mardi, 11 juin 2013 22:54)

    Déjà 311 km, waow ! Bonne route et prenez soin de vous.

  • #8

    cecile (mercredi, 12 juin 2013 16:58)

    salut les amis,
    Bon je vois que l'aventure suit son cours.....quelle horreur de guèpes ....heurk
    Bon si au lieu de commenter roland garros Mathieu pouvez me donner un skype ou je puisse vous joindre un de ces jours....
    Je n'avais aucune inquiétude pour vous et c'est toujours un plaisir de vous lire ....allez a bientôt

  • #9

    Oriane (mercredi, 12 juin 2013 21:18)

    Ha ... Les moustiques estoniens!!!! Après la traversée d'une forêt j'en ai compté 150 sur tout le corps y compris sans m'attarder sur ceux du cuir chevelu!

  • #10

    Elise (jeudi, 13 juin 2013 15:39)

    Quelle belle lecture pour nous, merci merci ! le bruit de la tondeuse est exactement le fond sonore qui irait merveilleusement avec la photo de la bien jolie maison en photo, décidément !!! Bises de BXL (pluie pluie pluie)

  • #11

    Fabienne Suwala (mardi, 18 juin 2013 00:53)

    Riga, une mission de 10 ans déjà.
    Montpellier et inlassablement des réponses sans grande créativité.
    Votre périple a peine initié me rappelle l'écriture de Pierre Sansot, "variations paysagères".
    Un plaisir de vous suivre...
    Belle route les jeunes et faites nous rêver.

OTHER LANGUAGES

...ON AVANCE !

 

 

Depuis notre départ, nous avons marché